Logo docsenligne

Informations précontractuelles

L’information précontractuelle permet d’informer et d’attirer l’attention du consommateur avant qu’il s’engage et signe un contrat. La loi Hamon du 17 mars 2014 et son décret du 28 octobre 2014, le code de la consommation articles L111-1 et suivants et les articles L221-5 à L221-7 ainsi que le décret d’application n°2014-1061 du 17 septembre 2014 régissent l’information précontractuelle du consommateur. Le document d’informations précontractuelles doit être signé avant tout contrat et donc avant tout mandat.

Qui est le consommateur selon le code de la consommation ?

Le consommateur est une personne qui agit à des fins qui ne font pas partie de son activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole. Le droit de la consommation a pour but de protéger le consommateur qui est considéré comme étant en position de faiblesse dans ses relations avec le professionnel. Le consommateur ne peut pas être une personne morale.

Qui est le professionnel selon le code de la consommation ?

Le professionnel est une personne physique ou morale, publique ou privée, qui agit à des fins qui font partie de son activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole. Le professionnel peut agir en son nom ou pour le compte d’un autre professionnel.

Quelles sont les informations à communiquer avant la signature du contrat ?

Quelles sont les informations à communiquer concernant la prestation ?

Le professionnel doit informer le consommateur avant la signature du contrat de façon lisible et compréhensible sur les services qu’il propose à la vente. Il doit donner les caractères essentiels de la prestation objet du contrat, le prix, ainsi que les conditions d’exécution et de livraison. Le professionnel doit également communiquer les modalités de paiement de cette prestation.

Le consommateur doit également être informé par le professionnel de la durée du contrat si le contrat est à durée déterminée ou les conditions de résiliation si le contrat et à durée indéterminée ou avec une reconduction tacite.

Le professionnel doit indiquer les clauses contractuelles concernant la législation applicable ainsi que la juridiction compétente en cas de litige.

Quelles sont les informations à communiquer concernant l’agence et le professionnel ?

Le professionnel doit communiquer des informations concernant son identité, ses coordonnées postales, téléphoniques et électroniques ainsi que ses activités.

Le professionnel doit également communiquer les informations concernant l’agence : le nom ou la dénomination sociale de l’agence, l’adresse postale de l’établissement ainsi que l’adresse du siège social si celle-ci est différente. Doit également figurer le statut et la forme juridique de l’entreprise, le numéro d’inscription au RCS (registre du commerce et des sociétés), le numéro individuel d’identification de TVA si la société est assujettie, le titre professionnel ainsi que le nom et les coordonnées de la garantie financière s’il y a lieu et de l’assurance responsabilité professionnelle ainsi que la couverture géographique du contrat.

Le professionnel doit également informer le consommateur de la possibilité d’avoir recours à un médiateur de la consommation et doit communiquer les coordonnées de ce médiateur.

Quelles sont les informations à communiquer aux clients qui en font la demande ?

Si le client en fait la demande, le professionnel doit communiquer la méthode de calcul du prix s’il n’est pas déterminé. Le professionnel doit également communiquer les informations sur les règles professionnelles applicables, notamment la loi n°70-9 du 2 janvier 1970 et son décret d’application n°72-678 du 20 juillet 1972, le code de la déontologie du décret n°2015-1090 du 28 août 2015, ainsi que les modalités de consultation de ces textes. Si le professionnel exerce des activités multiples liées à l’activité concernée, il doit informer le consommateur sur les mesures prises afin d’éviter les conflits d’intérêt. Le professionnel doit également informer le consommateur sur les moyens de recours en cas de litige.

Quelles sont les informations à communiquer sur la protection des données ?

Le RGPD (le Règlement Général sur la Protection des Données) est entré en vigueur le 25 mai 2018 et vient compléter le document d’informations précontractuelles afin de protéger les données du consommateur et de respecter sa vie privée. Le professionnel doit informer le consommateur sur les informations indispensables du client dont il a besoin pour son activité ainsi que la durée de détention autorisée de ces informations.

Quelles sont les sanctions en cas de non-respect de ces obligations d’informations précontractuelles ?

C’est au professionnel de prouver qu’il a communiqué au consommateur toutes ces informations obligatoires avant la signature du contrat. En cas de non-respect des obligations d’informations précontractuelles, des amendes administratives peuvent être données, mais ne peuvent dépasser 3 000 euros pour une personne physique et 15 000 euros pour une personne morale.

Quelles sont les informations à communiquer pour un contrat hors établissement ?

Les informations précontractuelles sont renforcées lorsque le contrat est conclu hors établissement.
Le professionnel doit fournir les informations que nous avons évoquées ci-dessus de façon lisible et compréhensible mais également sur un support durable. Il doit également communiquer des informations complémentaires liées à la spécificité du contrat hors établissement.
Le professionnel doit informer le consommateur sur l’existence du droit de rétractation, les conditions, délai, et les modalités d’exercice ainsi que le formulaire type à compléter. Il doit expliquer les circonstances selon lesquelles le consommateur ne peut exercer son droit de rétractation ou lorsqu’il perd son droit de rétractation. Le professionnel doit également informer sur le fait que le consommateur doit payer les frais de renvoi lors de la rétractation pendant le délai de 14 jours prévu.

Quelles sont les sanctions en cas de non-respect des obligations liées au contrat hors établissement ?

Le professionnel ne peut s’exonérer de ces informations précontractuelles, à défaut le contrat conclu hors établissement encourt la nullité.
Si le professionnel ne communique pas les informations concernant le droit de rétractation, ce délai de rétractation passe de 14 jours à 12 mois, si les informations sont communiquées pendant le 1er délai de rétractation, celui-ci recommence à compter de la remise des documents.
Enfin, en cas de non-respect de ces obligations, des amendes administratives peuvent être données, mais ne peuvent dépasser 15 000 euros pour une personne physique et 75 000 euros pour une personne morale.

Besoin d'un autre document ?

Choisir un autre document